Aucun produit

0,00 € Total

Commander

Livraison offerte

Saint-Jacques-de-Compostelle : Retour d'expérience

L'HISTOIRE DE COMPOSTELLE

A l'origine chemin de pèlerinage, le cheminement à St-Jacques-de-Compostelle, en Espagne, représente encore aujourd'hui l'un des itinéraires incontournables pour les amateurs de randonnée. En effet, à la motivation spirituelle de certains, s'ajoute simplement le plaisir de la variété de paysages traversés ainsi que les différents itinéraires qui raviront tous les randonneurs laissant ainsi des souvenirs inoubliables.

Aux nombreux itinéraires espagnols, s'ajoutent en France 4 voies historiques, au départ d'Arles, Vézelay, Tours et pour la plus connue, la ville du Puy-en-Velay (Via Podiensis). Et il suffit de regarder une carte pour comprendre la diversité des massifs traversés (volcaniques, granitiques, etc.) et des horizons.

Si vous n'y avez pas encore été, nous ne pouvons que vous le conseiller !

L'EXPÉRIENCE DE VERTICAL DÉDIÉE À L'AVENTURE COMPOSTELLE

Chez Vertical, nous possédons une grande expérience de randonnées « sportives » en montagne. Nous pratiquons avec passion la course à pied, la course en montagne, les raids, les longues randonnées, et savons par conséquent ce que c’est que de porter un sac à dos et transpirer dans des vêtements.

Le poids est l’ennemi de la performance, mais c’est aussi l’ennemi du plaisir ! Aussi, nous concevons nos produits pour qu’ils soient à la fois légers, très performants et agréables à porter. 

Nos produits sont conçus et testés selon deux modes opératoires :

  • D’une part, pour des conditions difficiles par des utilisateurs très exigeants. Nous les utilisons nous-mêmes dans des raids extraordinaires tel le Marathon des Sables (240 km en semi-autonomie dans le désert) mais aussi lors de vacances sportives, tels que le GR20 ou le Chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, parcourus en courant).
  • D’autres part, en récupérant les avis et retours de tous les utilisateurs, de tous niveaux, des plus exigeants aux plus amateurs, car chacun, de par son expérience, nous permet d’identifier des détails, des astuces, etc., pour améliorer toujours et encore nos équipements.

 

SAINT-JACQUES-DE-COMPOSTELLE : LE RETOUR D'EXPÉRIENCE

 
► 55 JOURS SUR LES CHEMINS

Partis le 20 avril 2006 du Puy en Velay, nous sommes arrivés à St-Jacques-de-Compostelle le 12 juin de la même année. La voie « Podentia » en France, le « Camino francès » en Espagne. Du pur traditionnel… A chaud, on a pu raconter des tas de choses… 6 mois sont passés, et avec le recul, on est tous d’accord pour dire que nous avons eu un Chemin heureux, facile et léger.

Nous l’attendions depuis longtemps, nous l’avons bien préparé, nous étions en forme et très bien équipés. Il y a 2 choses sur le Chemin :

  • le but à atteindre : SANTIAGO … la chose primordiale !!!!!!!
  • Le quotidien à gérer pour y parvenir, la chose secondaire mais importante pour nous.

Il est indéniable que l’équipement a été un facteur prépondérant dans la réussite de notre Chemin. Equipé principalement par VERTICAL, nous n’avons eu qu’à nous féliciter de notre choix. Tout était bien adapté : sac, vêtement, duvet, chaussures (pas une seule ampoule).

Nous avons mené notre Chemin à notre convenance, tantôt en flânant, pour profiter des paysages magnifiques et des lieux à visiter, tantôt en rando course, comme entre St-Jean-Pied-de-Port et Léon, 36 km par jour de moyenne pendant 14 jours, tantôt en traînant car nous arrivions bientôt et voulions faire durer le Chemin encore un peu…Pour tout le reste, notre Chemin fut un Chemin comme connaissent tous les pèlerins avec recherche de gîte, de nourriture (du vino tinto !!!!!), de rencontres, d’échanges avec les autres, avec du bon et du moins bon…

Notre projet pour 2007 : nous partirons vers le 15 mai de HENDAYE pour « faire » le Chemin côtier… el camino del Norte…
Marie-Antoinette et Pierre… Pèlerins pour l’éternité !!!!!

 

NOS QUESTIONS

 

► Combien de kilomètres avez-vous fait ?

Du Puy à Saint-Jacques, cela fait 1.600 km, que nous avons fait en 55 jours. Nous suivions au début les étapes du topo (15 km à 25 km). En France, on est un peu « tenus » par les gîtes moins nombreux et plus rapprochés. Passé St-Jean-Pied-de Port, nous avons accéléré à 36 km par jour. Ensuite, à Leon, nous avons repris le rythme normal, tout compte fait nous préférions faire durer un peu plus cette aventure…

► Comment se gère l’hébergement ?

Très facilement en prenant les topos. En France, on peut réserver, ce qui représente un avantage parce qu’on peut arriver tard dans la journée.

En Espagne, ce n’est pas pareil : on ne peut pas réserver dans les gîtes communaux (moins chers et souvent très bien). Alors c’est le premier arrivé le premier logé ! 
Pour être sûr d’être logé, c’est un peu la « course ». On arrivait vers midi et on n’a jamais eu de problème (sinon il y aussi les hôtels).

► Quel a été le budget de votre voyage ?

Le budget peut varier selon le type d’hébergement choisi. On dira 30 €/jour en France, et 20-25 €/jour en Espagne.

Tout compris, cela a fait 3.000 € tout compris pour nous 2.

► Que pensez-vous du matériel léger ?

Nous n’y avons vu que des avantages !

Par exemple, la cape classique pèse 500 g et prend beaucoup de place, alors que nos vestes « modernes » sont petites comme des canettes de coca, avec un tissu respirant. Pour les fortes pluies, nous rajoutions un poncho jetable : 45 grammes !

Notre sac avec compartiment avant est vraiment très bien pour des randos au long court comme les « chemins ». Devant on a tout sous la main (bidons, topo, documents, à grignoter, etc.), et en plus, c’est plus confortable car le sac est équilibré et ne tire pas vers l’arrière. 45 litres au total, c’est bien suffisant ! On en a vu tellement avec une quincaillerie qui débordait du sac… Notre sac vide fait 800 grammes. Quand il faut le porter pendant deux mois, on apprécie vraiment la légèreté !

Je suis frileuse, et le duvet était important dans mes choix parce qu’après l’effort, on a souvent encore un peu plus froid. Le combi-duvet Vertical était vraiment super pour cela, parce qu’avant de dormir dedans, on pouvait le mettre comme une doudoune pour la soirée. C’était un investissement, mais vu l’encombrement minimum et seulement 600 grammes, on n’a pas regretté. Certains disent qu’on peut s’en passer. C’est vrai, mais c’est tellement plus confortable d’avoir ce petit « chez soi » le soir en gîte…
[la suite sur le BLOG]

► Quel serait votre 1er conseil pour des futurs pèlerins ?

Avant de partir pour longtemps, faites un tour sur 8 jours. On voit tout de suite ce qu’il y a en trop et les petits détails qui manquent. Aussi : écoutez ce que vous disent les autres, mais faites le tri, chacun vit les chemins différemment.

Merci à Marie-Antoinette et Pierre - Découvrez leur blog en cliquant ici

 

Nous vous souhaitons de belles balades sur les chemins, et restez prudents.